MANGUE

Chez les Amérindiens :  Ses feuilles sont utilisées contre les saignements des gencives

Feuilles de mangue
Mélèze d'Amérique

MELEZE D’AMERIQUE

Chez les Inuits : Sa résine (poix) est antiseptique, machée longtemps elle sert de désinfectant buccal.

MENTHE

Chez les Amérindiens :   Pour les maux d’estomac, on utilise la camomille, le fenouil et différentes sortes de menthe. Soigne les maux de tête, la toux, le rhume, la détresse respiratoire, sert de remède contre la diarrhée et stimule la circulation sanguine.

Chez les Chinois : Utilisée contre le rhume, l’angine, la fièvre légère, la céphalée, la douleur du corps, les yeux rouges et douloureux, la gorge enflée et douloureuse. On donne de la menthe en début d’une maladie éruptive (la rougeole en particulier, la rubéole, l’urticaire), en cas de vertiges.

Menthe
Mûrier

MURIER

Les Amérindiens écrasent et infusent la racine, l’écorce et les feuilles dans une tisane pour traiter la diarrhée, réduire l’inflammation et stimuler le métabolisme. En gargarisme cette infusion traite les maux de gorge, les ulcères de la bouche et l’inflammation des gencives.

Chez les Chinois (le murier blanc) : Ils traitent la fièvre, la toux, les expectorations épaisses, la gorge, les yeux douloureux, rouges, gonflés et secs. Utilisé contre les vertiges, les vomissements, les transpirations nocturnes (en poudre avec de l’eau de riz).

MYRTE

Chez les Amérindiens : Le myrte et le pouliot sont utilisés contre les troubles menstruels. Ils fument du myrte et ils en offrent aussi sous forme d’encens lors de diverses cérémonies.

L’infusion des branches sert comme diurétique contre la gonorrhée. Les Hurons l’utilisent pour teindre des tissus en jaune et brûlent les feuilles pour éloigner les insectes.

En Europe, le myrte est prescrit pour traiter la goutte, la fièvre, les démangeaisons et soigner la tuberculose. Utilisé dans le tannage et la teinture des tissus, en parfumerie, comme épice en cuisine. 

Myrte

La plante contient un antioxydant qui protège le foie des dommages causés par les radicaux libres, a des propriétés purgatives, balsamiques (calme les muqueuses enflammées, notamment celles des voies respiratoires), anti-inflammatoires, apéritives, astringentes, antivirales, antiseptiques, abortives, désinfectantes, insecticides, stupéfiantes, antioxydantes, diurétiques. L’huile essentielle est toxique et il ne faut jamais consommer l’eau dans laquelle les branches ont bouilli car à forte dose cela peut provoquer la paralysie du système nerveux, l’hypothermie et l’arrêt cardiaque.

Orpin rose

ORPIN ROSE

Utilisé chez les Inuits pour son potentiel antistress et antidépressif. Ces principes actifs combattent les effets du spleen des régions nordiques. Sa racine « antifatigue » augmente les performances physiques et la résistance à la sénilité.

Spiritualité Autochtone