Coutumes et traditions funéraires
Croyances sur la mort

Pour les bouddhistes japonais la mort est vue comme étant le commencement d’une nouvelle vie dans l’au-delà. Pour eux il n’existe pas de frontière claire entre la vie et la mort. La vie et la mort forment un continuum, ces deux mondes se superposent et se combinent simultanément.

C’est en passant par une succession de rites ancestraux que le mort devient un ancêtre individualisé. A la fin de ce processus ils attribuent au défunt un nom posthume bouddhique et il devient un ancêtre protecteur de la lignée familiale.

La mort est appréhendée avec beaucoup de sérénité, car elle sert de passage vers une autre étape. Autrefois les tombes étaient installées au centre du village.

 Lors d’un décès, avant le début de la veillée, ils purifient le corps avec des encens pour enlever la souillure engendrée par la mort. Sur une table à ses côtés sont placés des bougies, de l’encens et des fleurs: cela s’appelle « la décoration de l’oreiller ». 

Ils pratiquent ensuite « la cérémonie de l’eau du dernier moment » : tour à tour ils humidifient les lèvres du défunt pour qu’il puisse renaitre. 

Pendant la veillée un moine lit des sutras et donne un nom posthume au défunt. A la fin de la veillée chaque personne doit s’asperger du sel ou de l’eau. Ce geste est considéré comme étant un signe de purification qui permet d’éloigner les mauvais esprits qui entourent la mort. 

Le défunt est habillé en blanc, sa tête est placée en direction du royaume bouddhiste, vers le Nord ou vers l’Est. 

Cimetière bouddhiste

Les proches du défunt sont traditionnellement habillés en blanc, car dans les cultures asiatiques, le blanc représente la couleur du deuil. Cependant, avec l’ouverture du Japon sur le monde occidental, la couleur noire peut aussi être portée pendant la veillée et toutes les autres cérémonies. 

La famille place entre ses mains un chapelet bouddhiste de 108 perles et un petit sac de pièces d’argent. Les pièces lui permettront de payer la traversée du fleuve de la mort, tandis que le chapelet aidera son âme à se détacher des désirs humains et atteindre la vertu. Ils peuvent également déposer un couteau sur la poitrine du défunt pour éloigner les mauvais esprits.

Aux côtés du défunt ils déposent un bol de riz dans lequel sont plantées deux baguettes : cela symbolise son dernier repas avant la traversée vers l’au-delà.

Pendant la crémation la famille et les proches du défunt déjeunent en sa mémoire. 

Après la crémation, les restes des os et les cendres sont placés dans une urne avec l’aide des baguettes. Ils sont ensuite réduits en poudre et déposés sur un autel de la maison familiale pendant une période de 49 jours.

Un religieux bouddhiste est appelé pour prier les 3e, 7e, 21e et 49e jour, afin de guider l’esprit du mort vers l’au-delà. A la suite de ces 49 jours, la famille peut choisir de déposer l’urne au cimetière, dans le caveau familial ou de la garder à son domicile, dans un armoire contenant des souvenirs du défunt et de l’encens. 

À la fin des cérémonies, les participants reçoivent un cadeau de remerciement pour s’être déplacés pour les funérailles. 

Les Japonais ne portent pas le deuil après la cérémonie.

Cimetière bouddhiste

Pendant le Moyen-Âge, les personnes au contact de la mort sont stigmatisées et discriminées. Ces gens s’appellent les Burakumin (« les gens du hameau »). Ils sont considérés impurs, leur activité est honteuse. Ils vivent entre eux dans des villages isolés et s’occupent de la préparation de nourriture pour les faucons et du traitement des peaux d’animaux.

A cette époque, afin d’obtenir la purification complète, le corps est brûlé.

L’enterrement est réservé aux condamnés à mort et aux êtres impurs tels que les Burakumin. Ils sont ainsi condamnés à la putréfaction et la décomposition de leur corps.

Sources

Fabienne Duteil-Ogata, Les pratiques funéraires contemporaines japonaises : quels lieux pour les morts et pour la mort au Japon ?

(https://journals.openedition.org/essais)

Anais Pillet, Les rites funéraires au Japon, pays du soleil levant

(https://www.researchgate.net/publication)

(https://fr.wikipedia.org/wiki/Rites)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spiritualité Autochtone