great britain-circular iconEnglish Version

Le taoïsme est une religion autochtone, la religion de la « Chine profonde ». Il fait appel à des croyances d’une tradition fort ancienne touchant les couches les plus populaires de la société. Le terme taoïsme est issu du mot chinois Dao qui signifie la « voie ».

Le taoïsme se fonde sur de nombreux textes, dont le « Le livre sacré de la Voie et de la Vertu » de Lao Tseu et « Classique du vide parfait » de Tchouang-Tseu.

La mort et la vie représentent le passage d’une période à une autre, comme les quatre saisons de l’année. Il s’agit d’un mouvement spontané en fonction des lois de la nature. De la vie vers la mort ou de la mort vers la vie, ce n’est pas un sens unique, mais une voie (Tao) double. 

L’école taoïste repose sur une attitude naturelle : la mort ou la vie sont arrangées par le ciel, et la mort est le moment du repos. Une autre façon d’être immortel consiste à ne pas considérer la mort comme un décès : le corps est mort, mais la vie demeure éternellement.

Dans le monde physique, la vie ou la mort sont des états temporaires dans une infinité de changements. 

Pour se libérer des souffrances et des douleurs, il est nécessaire de se concentrer sur le monde spirituel.

Dieu taoïste

Pendant la veillée funèbre, un moine taoïste chante des versets des écritures. Selon les croyances traditionnelles, l’âme du mort affronte des épreuves et tortures afin de se  purifier des péchés de sa vie terrestre. Comme dans les autres religions, les prières et les chants sacrés aident l’âme du défunt dans son passage vers l’au delà.

Il déposent au-dessus de la tête du défunt un Bi, disque percé d’un orifice central circulaire, qui évoque l’ouverture vers la vie éternelle. Ce disque est construit en jade, la pierre de l’immortalité, le symbole « céleste », qui accompagne le défunt dans l’au-delà.

Les rites funéraires sont organisé en fonction de l’âge du défunt, de la cause du décès, de son statut social et de son état matrimonial.

L'âme chinoise selon les taoïstes

La culture chinoise préfère l’inhumation à la crémation du défunt. Dans la tombe la tête est orientée vers le Nord. Le corps est nettoyé, recouvert de talc, habillé de la tête aux pieds, chaussé. Le défunt ne doit pas être vêtu de rouge, car il risque de se transformer en fantôme.

Les femmes sont maquillées. Les ongles et les cheveux sont mis dans le cercueil. Les fleurs les plus courantes aux funérailles chinoises sont les chrysanthèmes blancs ou jaunes, symboles de deuil et de lamentation. 

Les familles sont vêtues de blanc. La veillée dure trois jours.

Tous les vêtements portés pendant le jour de l’enterrement sont incinérés car sinon ils peuvent porter malchance. La famille observe un jeune sévère et effectue une toilette minimale les trois premiers jours. Ensuite tous les mois pendant trois ans, après s’être purifiés pendant dix jours, les enfants font une offrande devant la tombe du défunt.

Autrefois pendant tout le deuil, la famille revêtait des vêtements en grosse toile bise, un bandeau et une ceinture de chanvre.

La période de deuil pour les membres de la famille du défunt dure 100 jours.

Statue de Lao Tseu

Citation de Lao Tseu: « La vie est un départ et la mort un retour »

Sources:

Zhan Wang et Changli Wu, La mort dans la tradition chinoise selon le taoïsme, le bouddhisme et le confucianisme :des conceptions complémentaires

(https://journals.openedition.org)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spiritualité Autochtone